Des mesures exceptionnelles à Bruxelles

Le centre-ville de Bruxelles
Par           Mis à jour le 24/11/2015 à 09h07       Publié le 23/11/2015 à 10h30
Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+
La capitale européenne Bruxelles va vivre encore une journée « à l'arrêt » en raison des menaces d'attentats terroristes qui pèsent actuellement.
Niveau d'alerte maintenu
Bruxelles, située à 300 km de Paris, va encore une fois vivre au ralenti. Après les attentats du 13 novembre à Paris, des mesures ont été prises depuis ce week-end. La ville et son agglomération sont en état d'alerte terroriste maximum. Le niveau 4 maximum correspond à une « menace sérieuse et imminente ».

Le reste du pays reste toutefois en niveau d'alerte 3, menace « possible et vraisemblable ». D'après le Premier Ministre Belge, des attaques similaires à Paris, avec pour cibles potentielles « des endroits très fréquentés » sont redoutées.

Ces niveaux, accompagnées de trois mesures (surveillance accrue des transports en commun, diminution de grands événements et augmentation du nombre de policiers et militaires), devraient être maintenus jusqu'à lundi 30 novembre.

Du jamais vu à Bruxelles
En raison de cette menace, encore ce mardi, les stations de métro, les gares bruxelloises et écoles resteront fermées. D'autres lieux ne seront pas accessibles tels que les crèches, les marchés, les musées, les salles de spectacles et les équipements sportifs. Aussi, les grands événements seront diminués pour éviter tout risque sur des lieux de rassemblement. Le marché de Noël bruxellois, qui doit ouvrir vendredi prochain, pourrait aussi être annulé.

Du côté des transports, certains bus de la STIB et tramways circulent mais le trafic reste perturbé. A l'aéroport de Bruxelles, les passagers peuvent toujours prendre leur avion, en revanche, le stationnement dans la zone Kiss & Fly (dépose-minute) est interdit.

En plus des températures, le cœur touristique a subi un « véritable coup de froid » avec le déploiement militaire des derniers jours. Les brasseries et les cafés se sont vidés pour laisser place à un centre-ville désert.

Le gouvernement souhaite que « tout soit mis en œuvre pour retourner à une situation normale » rapidement.
Le réseau de transports en commun devrait donc être remis en route dès mercredi, de même que pour les écoles, les universités et les crèches.

Rédactrice Alibabuy.com
Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+
Actualité rédigée par Carole Le Roux

A la Une