Visiter la Guyane, le guide
De L'île du Diable, ou furent enfermés le capitaine Dreyfus ou l'auteur de Papillon, au paradis terrestre de sa faune et de sa flore, la Guyane occupe une place à part dans notre imaginaire collectif.
De notre expert Guyane
Rédactrice Alibabuy.com
Contrairement aux autres DOM, les Départements d'Outremer, elle brille moins par l'attrait de ses plages que par la fascination qu'exerce sa nature exubérante, garantie d'un séjour en Guyane inoubliable.

Au nord de l'Amérique du Sud, entre le Surinam et le Brésil avec lesquels elle partage respectivement 510 et 730 km de frontière, la Guyane est, de loin, le plus grand département français : 86 504 km². Des routes longent sa bande littorale, mais l'accès aux communes de l'intérieur n'est possible que par avion ou par bateau. En effet, son territoire, bordé par les fleuves Maroni à l'ouest et Oyapock au sud, est constitué à 96% d'une forêt primaire d'une grande diversité. Elle abrite aussi d'autres écosystèmes : mangroves, savanes, inselbergs, etc. Pour avoir une idée de la richesse de la flore guyanaise, on trouve, dans un hectare de forêt, plus d'espèces d'arbres que le total des espèces d'arbres recensées en Europe !

Rêve de tout botaniste, plus de 1 000 espèces de grands arbres se partagent les cimes vertes et 300 espèces d'orchidées s'épanouissent à leurs pieds ! La faune, tortues marines, ibis, caïmans noirs, loutres ou frégates, est éblouissante… et parfois piquante, il faut bien le dire : plus de 400 000 espèces d'insectes ! Cependant, contrairement à l'image qui leur colle à la peau, les moustiques n'abondent guère en forêt et le long des fleuves. La phobie des araignées, des serpents, voire des fauves n'a pas plus de raison d'être, la faune sauvage évitant le contact avec l'homme.

Aucune excuse, donc, pour ne pas participer à une remontée de fleuve, le nec plus ultra de l'écotourisme guyanais. Accessibles à tout un chacun à condition d'accepter des conditions de vie sommaires et d'apprécier la pirogue (plusieurs heures de navigation par jour), ces remontées peuvent avoir pour scénario le Maroni, à la rencontre des noirs-marrons, le sauvage Approuague ou encore l'Oyapock, bon compromis entre la vie sauvage et la découverte des gens du fleuve, Amérindiens, mais aussi mythiques garimpeiros brésiliens, les chercheurs d'or.

En effet, la diversité de ses communautés humaines constitue l'une des principales richesses de la Guyane. Les Créoles, fruits du métissage entre les différentes ethnies, forment le groupe le plus important aux côtés des Amérindiens ou des Chinois, présents dès le dix-neuvième siècle.

Les Bushinengés, ou noirs-marrons, sont issus du marronnage, un mode de résistance que les esclaves noirs adoptèrent en s'enfuyant dans les forêts où ils reconstituèrent des tribus comme les Djuka, les Paramaka ou les Aluku, regroupés le long du fleuve Maroni et qui s'efforcent de préserver leur mode de vie traditionnel, lié à la forêt amazonienne. Laotiens H'mongs arrivés du Laos après 1977, Brésiliens ou Libanais participent aussi à ce fantastique kaléidoscope humain.

Le climat équatorial humide s'accompagne d'une grande stabilité, sans tempêtes ni cyclones, et d'une température moyenne de 26° avec des pointes de mercure jusqu'à 33°. L'alizé soufflant sur la côte rend néanmoins la chaleur tout à fait supportable. Les pluies, sous forme d'averses, n'empêchent pas un ensoleillement généreux de sorte que les jours sans soleil se comptent, presque, sur les doigts des deux mains (11 par an à Cayenne).

Il existe une saison plus sèche, du 15 juillet au 15 décembre. C'est le moment idéal pour remonter les fleuves dont les eaux basses permettent alors de découvrir des sauts (rapides) ou de faire de la bronzette sur une lagune. Pour le reste, prendre un vol pour la Guyane durant la saison humide, interrompue par le «petit été de mars», ne modifiera pas la qualité du séjour à condition de prévoir une cape en cas d'averse.
Art et culture en Guyane
En Guyane, art rime avec artisanat, chaque ethnie possédant sa propre spécialité. Alors que les Amérindiens se consacrent plutôt à la vannerie, aux colliers de perles ou au tissage, les Bushinengés, noirs-marrons, privilégient le travail du bois et les femmes H'mong la confection de costumes traditionnels. L'orpaillage a favorisé le développement de la bijouterie. Malgré l'influence des musiques caribéennes telles que la salsa, le zouk ou le reggae, les Guyanais ont leurs propres musiques ou danses comme le kassé-khô des Créoles, du nom du tambour dont le rythme endiablé domine le carnaval.
Que visiter en Guyane
A l'est de Cayenne, à Kaw, 100.000 hectares de savanes inondées permettent d'observer les dernières populations de caïmans noirs. D'avril à juillet, les plages des Hattes et de Montjoly offrent un spectacle unique : la ponte des tortues Luths, les plus grandes au monde. S'embarquer sur le Maroni, l'Approuague ou l'Oyapock pour une remontée en pirogue est le seul moyen d'aspirer par les yeux le poumon de la planète, la forêt amazonienne. Côté animation, le carnaval est unique en son genre. Après deux mois de fêtes échevelées, il prend fin le mercredi des cendres autour du bûcher du roi du carnaval, Vaval. Enfin, les passionnés d'astronomie, un voyage en Guyane passe forcément par Kourou, base de lancement de la fusée Ariane.
Spécialités gastronomiques en Guyane
Gingembre, muscade, girofle, cannelle, poivre et piment sont les stars d'une cuisine relevée et issue d'un métissage aux influences créole, chinoise ou africaine. L'aoura, un fruit exotique issu du palmier, donne un bouillon qui se consomme à Pâques et à la Pentecôte. Sa pulpe peut aussi accompagner du poisson boucané, du crabe, des crevettes ou du poulet. Les plats de poissons, rôti-cognade ou court-bouillon aromatisés comme le blaff ou la pimentade, sont savoureux. La chasse étant autorisée, la viande de gibier se consomme dans les restaurants locaux sous forme de fricassées servies avec du riz, des haricots rouges et du manioc torréfié, le couac.
Ameriques-Caraibes

Infos sur la Guyane

Population :
239 648
Langue : Français
Monnaie : Euro
Capitale : Cayenne
Plage guyanaise - Guyane
Plage guyanaise
Tortue Luth - Guyane
Tortue Luth
« Outre la fièvre jaune, dont le vaccin est obligatoire, il est recommandé de suivre un traitement contre le paludisme avant de se rendre en forêt ou sur les fleuves. Pour s'habiller, privilégier les vêtements en coton (éviter les fibres synthétiques) et ne pas oublier des lunettes de soleil anti-UV et une excellente crème solaire. »
Fusee Ariane - Guyane
Fusee Ariane
Carnaval de Guyane - Guyane
Carnaval de Guyane

Les dernières actualités sur la Guyane