Candidature de l'île de Djerba au patrimoine mondial de l'Unesco

Vue sur des lampes traditionnelles suspendues (© dasha11 / 123RF)
Par           Publié le 22/05/2017 à 09h00
Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+
Avec un total de huit sites classés au patrimoine mondial de l'Unesco, la Tunisie a décidé cette fois d'appuyer la candidature de l'île de Djerba, principalement pour sa richesse religieuse.
Le ministre de la culture tunisien Mohamed Zine El Abidine souhaite demander à l'Unesco d'ajouter l'île de Djerba au patrimoine mondial. Ils vont particulièrement attirer l'attention sur le grand nombre et la diversité des sites religieux. Outre des mosquées, Djerba dispose d'églises et d'une vingtaine de synagogues dont la plus ancienne d'Afrique, la Ghriba. Cette dernière fait chaque année l'objet d'un pèlerinage qui attire énormément de personnes. Les fidèles optent souvent pour des vols vers Djerba fin mai, alors que les touristes en quête de farniente privilégient les mois de juin et septembre pour réserver leur séjour à Djerba.

"C'est une île importante sur le plan de la singularité culturelle et religieuse."

L'île de Djerba est inscrite sur la liste indicative de l'Unesco depuis 2012, ce qui veut dire que la volonté de proposer sa candidature au titre de patrimoine mondial de l'Unesco n'est pas nouvelle. Djerba a occupé une place importante de par sa situation entre la Méditerranée antique et médiévale. Avec ses 514 km2 de superficie, elle a su conserver un cadre naturel, des vestiges archéologiques et des monuments historiques intacts.



ancienne mosquée Fadh Loon de Djerba
© giuseppemasci / 123RF


Déjà huit sites classés à l'Unesco en Tunisie
En Tunisie, on recense actuellement huit sites listés au patrimoine mondial de l'Unesco. Parmi ces lieux, on retrouve les médinas de Tunis (depuis 1979) et de Sousse (depuis 1988), l'amphithéâtre romain d'El Jem à Mahdia (depuis 1979), les sites archéologiques de Carthage (1979) et Dougga / Thugga (depuis 1997), le parc national de l'Ichkeul (depuis 1980), la cité punique de Kerjouane et sa nécropole (depuis 1985), ainsi que Kairouan (depuis 1988), considérée comme la première ville sainte du Maghreb.

© efesenko84 / 123RF



Rédactrice Alibabuy.com
Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+
Actualité rédigée par Carole Le Roux

A la Une