Visiter le Guatemala, le guide
Le Guatemala, terre volcanique et berceau de la culture maya, est un pays sauvage, intacte, authentique. Offrant des paysages contrastés et un tourbillon de couleurs, il est une terre de rencontres atypiques avec des indiens très chaleureux.
De notre expert Guatemala
Rédactrice Alibabuy.com
Situé au cœur de l'Amérique centrale, entre Atlantique et Pacifique, le Guatemala est un pays de taille modeste au relief extrêmement diversifié : forêt tropicale au Nord ; altiplano couvert de volcans à l'Ouest ; coincée entre cette chaîne de volcans et le Pacifique, une longue plaine fertile où l'on produit canne à sucre, cacao et nombreux fruits exotiques ; l'Est est parcouru par deux grands fleuves, le río Polochic et le río Motagua (le plus long fleuve d'Amérique centrale), qui se jette dans l'Atlantique.

Si la capitale administrative du pays, Guatemala Ciudad, métropole de près de 3 millions, ne présente aucun cachet, sa capitale touristique, Antigua, inscrite au patrimoine mondiale de l'Unesco, est un joyau colonial. Une ville pittoresque avec ses rues pavées, ses toits de tuiles et ses monuments dont certains en ruines et recouverts d'une douce végétation.
L'ascension du volcan Pacaya (2 750 m) encore en activité offre un magnifique panorama sur les autres volcans alentours.
Sur les hauts plateaux, la région du majestueux lac Atitlan est incontournable de tout séjour au Guatemala. De nombreuses embarcations font le tour du lac avec escales dans les villages.

Les marchés offrent un festival de couleur à l'image de celui de Panajachel, parfait pour le shopping de souvenirs ou, le plus réputé de tous, celui de Chichicastenango, qui réunit deux fois par semaine paysans, artisans et commerçants de toute la région. Les vestiges des cités perdues maya sont omniprésents en terre guatémaltèque. La plus célèbre est la fabuleuse Tikal, dans le Péten, au nord du pays, camouflée au milieu d'une épaisse forêt tropicale.

Toujours dans le Péten, la réserve Mario Dary Rivera, surnommée «Biotope du Quetzal», est une luxuriante forêt tropicale d'altitude où avec beaucoup de chance on peut observer le quetzal. Très farouche, cet oiseau se fait particulièrement rare. La meilleure période pour l'apercevoir va de février à septembre.

A l'est, se situe le Río Dulce et le fort de San Felipe, au bord du lac Izabal. Balade en bateau sur le rio, véritable canyon végétal. Sur la côte caraïbe, Livingston est une des curiosités du Guatemala avec sa population noire, issue du métissage des derniers Indiens caraïbes et des esclaves marron. Une seule solution pour rejoindre ce village de pêcheurs : le bateau. Sa playa Blanca, avec son sable blanc et ses cocotiers, est paradisiaque.

La période idéale pour partir au Guatemala se situe entre novembre et fin mars : c'est la saison sèche, l'humidité est très faible (sauf pluies tardives dans le Péten) et les températures douces dans les régions tropicales. La luminosité dans la région des volcans est très belle. Attention, au-dessus de 2 000 m, il peut geler la nuit.

Derniers pays du monde à majorité indienne, le Guatemala est indissociable de son héritage maya. Certaines de ses cités perdues, centres cérémoniels, lieux de pouvoir, de commerce et de résidence, sont d'ailleurs encore enfouies sous les lianes de la jungle. Les Guatémaltèques ont su préserver cette culture : les traditions, les chants, les coutumes… et même les habits traditionnels aux couleurs éclatantes et aux motifs propres à chacune des vingt ethnies du pays.

Longtemps associé au Mexique, le Guatemala est une destination à part entière qui a beaucoup à proposer : volcans encore en activité et villages séculaires sur les hauts-plateaux, lacs, forêts luxuriantes, sites archéologiques, villes coloniales et stations balnéaires…
Ses marchés colorés sont l'occasion de rencontrer sa population, très attachée aux traditions et folklore mayas. Un voyage au Guatemala s'avère une expérience inoubliable.
Art et culture au Guatemala
Le tissage est l'art principal au Guatemala, dans lequel excellent les femmes. Celles-ci revêtent un habit constitué du güipil, assimilable à un poncho et du «corte», pan de tissu enroulé en jupe longue autour de la taille, maintenu par une ceinture. Les plus belles peuvent se vendre plusieurs centaines de dollars pièce. Au Guatemala, il y a des fêtes tous les jours de l'année. Les célébrations de Pâques, la fête des Morts et de tous les Saints qui donne lieu à un lâcher de cerfs-volants géants, la fête patronale de Chichicastenango (21 et 22 décembre) valent la peine d'être vues.
Que visiter au Guatemala
Particulièrement typiques, les marchés guatémaltèques sont éclatants de couleurs. On peut y trouver tout ce qui a été produit sur les métiers à tissus ou ce qui a été confectionné à la main par les Indiens : tissus aux dessins colorés, poteries, objets en bois, maroquinerie. Ils sont surtout fréquentés par les locaux et sont donc un lieu privilégié pour rencontrer les Guatémaltèques, villageois ou marchands venus parfois de coins reculés. L'idéal est de s'y rendre très tôt le matin, dès 7 heures, pour profiter d'une ambiance vraiment authentique et y dénicher les meilleurs produits.
Spécialités gastronomiques au Guatemala
Les tortillas de maïs sont associées à tous les plats du pays : haricots noirs (frijoles), soupe de poulet (caldo de pollo) ou de viande de bœuf (caldo de res)… Dans le Petén, le poisson pêché dans le lac Petén Itzá est savoureux. Ne pas manquer le tapado dans la région caraïbe, sorte de bouillabaisse de poisson, banane, crème de coco, herbes et épices. Les marchés regorgent de bons fruits tropicaux (ananas, bananes, papayes…). Côté boisson, la «Gallo» est la bière nationale et le manzanilla, une sorte d'infusion de camomille. Plus forts en alcool : la tequila, des alcools de canne (venado, guaro), de maïs (la chicha) et le cocktail margarita.
Ameriques-Caraibes

Infos sur le Guatemala

Population :
16 015 494
Langue : Espagnol
Monnaie : Quetzal
Capitale : Guatémala
Sur le marche - Guatemala
Sur le marche
Temple Maya - Guatemala
Temple Maya
« Beaucoup d'Indiens ne parlent pas espagnol, ou connaissent à peine quelques mots (faute de scolarité). Ils parlent leur langue d'origine maya. On en recense environ 24 : le quiché, le cakchiquel, le mam, le kekchi... À Livingston, les Noirs parlent le garifuna. »
Cafe - Guatemala
Cafe
Semuc Champey - Guatemala
Semuc Champey